lundi 14 janvier 2013

Skavens - Cloche Hurlante

Voici enfin LA grosse machine des Skavens, que personne n'arrive à ranger dans sa mallette et qui a plein de détails, à savoir la Cloche Hurlante.

Comme souvent, les sous-ensembles ont été peints séparément avant d'être assemblés, quand même plus facile vu la taille du machin.


Je me suis amusé à permettre la  configuration "Creuset de la Peste", à l'aide d'aimants placés sur le pivot central, de part et d'autre des deux colonnes de pierres ainsi que sur la partie pivot de la cloche / le creuset.
Il aura fallu choisir une configuration de l'équipage en fonction de la configuration préférée ; ici, le rat-ogre et le brasero à l'avant, au lieu des moines de la peste, et dupliquer l'icône triangulaire des skavens avec un moulage vite fait en green stuff (dispensable mais c'est la seule pièce à avoir en double).

Le tout m'aura pris treize heures de peinture (c'est un signe, non ? ^^), et quatre environ pour l'assemblage/conversion.
Long, mais satisfaisant au final (aéro sur la structure, peinture dans le frais pour les bonhommes en majorité), une des pièces dont je suis le plus satisfait à ce jour...


Les détails de l'équipage, avec le Prophète Gris et son acolyte rat-ogre (à gauche), et en configuration Creuset de la Peste (à droite) :

3 commentaires:

  1. Assez impressionné par la propreté de l'ensemble pour ma part, ça le fait carrément. Mention pour la texture du bronze et des flammes, elles sont drôlement bien fichues !

    RépondreSupprimer
  2. Merci Cyril, c'est bien la première fois qu'on dit de mes peintures qu'elles sont propres ^^

    Pour la "texture", si tu veux parler de la granulosité, c'et toujours cette sous-couche grise PA en bombe qui est pourrie.
    Sinon pour le traitement, c'est aéro à 90%, avec des reprises au pinceau et des lavis (rouille pour la cloche, et vert fluo pour les flammèches).

    RépondreSupprimer
  3. Pour en être l'heureux propriétaire, je dois dire que la pièce est très réussie! La sortir sur une table de jeu impressionne encore plus l'adversaire.

    RépondreSupprimer